Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

16

A peine le temps de traverser, je me retrouvai presque nez à nez avec Isabelle. Elle portait un magnifique ensemble Dolce Gabbana et je me trouvais toute conne, avec mon éternel jeans-baskets et ma tronche de déchirée. On se retrouva face à face, sur...

Lire la suite

15

Le téléphone. Putain. Il était où ? Le temps que je sorte la main de la couette, ce bâtard avait cessé de sonner. Merde. Et d'abord pourquoi il était pas éteint ? Je fouillai en passant ma main le long du sol. Je réussis juste à renverser le cendrier....

Lire la suite

14

Rasta me réveilla. Il était temps qu'on décampe, direction le garage. Mais pas question de prendre l'Alfa. On allait prendre ma 206, plus discret. En plus, ça faisait 10 jours qu'elle avait pas bougé du parking souterrain. Le genre d'endroit où j'allais...

Lire la suite

13

Une fois dehors, je scotchai 10 minutes au soleil. L'entretien m'avait vidé, j'avais le tee-shirt trempé de sueur. Mes mains tremblaient, j'étais au bout du rouleau. Psychologiquement out. Cette fois, c'était plus de la rigolade. Je bipai Rasta depuis...

Lire la suite

12

Après avoir mis des habits un peu plus classe et bu trois cafés, fallait bien que je me bouge. Rasta faisait à moitié la gueule. Je lui confiai le reste de ma savonnette, le gun. Au cas où. Et on bougea, silencieux. Pas de musique dans la 147. David était...

Lire la suite

11

Une espèce de sonnerie horrible était en train de retentir dans mon rêve. Une putain de sirène d'alarme. Je me retournai en grognant et en cachant mes oreilles sous la couette. D'ailleurs la couette était bizarre, ça sentait pas le produit Auchan. La...

Lire la suite

10

La voiture de Rasta était une putain de bombe. Bizarrement, je me sentais en sécurité là-dedans, alors que je connaissais à peine ce tas de tôle. En fait, j'étais à moitié larguée. En partie à cause du shit et aussi parce que mon cerveau tournait trop...

Lire la suite

9

En bas, ça s'était pas vraiment calmé. Au contraire. Avec l'arrivée des journalistes de la télé, les jeunes s'étaient agglutinés sur la pelouse, à côté du parking. Des noms d'oiseaux volaient, pendant qu'un cameraman, imperturbable, filmait le sol du...

Lire la suite

8

Je m'étais réveillée plutôt calme. Presque détendue. Un peu trop d'ailleurs. C'était bizarre, mais j'avais l'impression que les évènements de la nuit n'avaient pas eu lieu. Un vieux cauchemar et voilà. Mais la présence de Rasta dans la cuisine, SA cuisine,...

Lire la suite